Transall surprise Premier de cordée dans la Momie à Sormiou puis sans corde et sans filet à Buoux Parapente en tracté...
Aile delta à Moustiers Tarzan au dressage -  Eclipse à l'obstacle FJ 1200 et Transalp
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Promenez votre souris sur les photos.

L'astrologie n'est pas vraiment ma tasse de thé mais le signe sous lequel je suis né semble avoir eu pourtant une certaine influence : l'Air. Il y a un "je ne sais quoi" qui m'attire là-haut, un sentiment de liberté, une fuite aussi des "choses d'ici bas". Mais ce n'est pas par les sports aéronautiques que j'ai commencé. Alors laissons se dérouler les évènements tels qu'ils se sont présentés, plus ou moins dans l'ordre. L'important, c'est le Lien. Celui de la vie, celui qui vous fait rencontrer des gens avec un regard tourné vers le ciel. C'est un copain qui vient juste dire bonjour, en Transall ! Deux passages... pour faire quelques photos de ce moment "hors normes" !

A côté, on démarre donc par un cliché bizarre ! C'est voulu car cette prise de vue inattendue est un moment exceptionnel : ma première grimpette en tête de cordée. Dans ce site, j'évoquerai parfois le rôle important que certains "Maîtres" ont joué dans ma vie. Lui, c'est Charles, il a su canaliser une énergie trop souvent débordante voire handicapante. En effet, l'impatience est une véritable tare. Malgré cela, la devise "Plus haut, plus vite, plus loin" a été payante pour moi dans tous les domaines, ou presque !... Je n'encourage pas la prise de risque pour le risque, mais dans la réalisation de nos rêves, il est souvent au détour du chemin. Après un accident de grimpette, justement, je n'ai plus été capable de monter sur un escabeau. Je me suis donc orienté vers des disciplines plus"zen" !...

Le parapente, un sport assez "fun" comme disent les jeunes d'aujourd'hui. Mais...n'y a t-il pas quelque chose qui cloche dans cette photo ? On est sur un terrain parfaitement plat ! Donc... On fait quelque chose qui doit être sûrement interdit de nos jours : on "grimpe" en tracté. La bagnole, munie d'un dévidoir d'environ 300 mètres vous tire pour vous arracher du plancher des vaches. Faut pas se rater au décollage, c'est un peu brutal mais les sensations sont garanties. Cela se passe sur un terrain d'aviation désaffecté, près de Moustiers-Ste-Marie "Mére de Dieu" et de ses infidèles les plus déjantés.

Comme le parapente est un sport dangereux, je change de stratégie et je me mets à l'aile delta. La forme me plait bien. Elle me rappelle les petits avions en papier qui s'envolent dans la classe pour amuser notre institutrice. Quand l'institutrice devient au gré du temps un instituteur, ça ne marche plus et je rate un peu ma scolarité à cause de cela. Je ne lui en veux pas car il est très difficile pour un enseignant de sonder les tréfonds de l'âme d'un jeune rêveur, de l'aider en encourageant ses réussites plutôt que de le punir pour ses bêtises. Bah, c'est du passé et du coup, je ne vous ai pas tellement parlé de cette "plume" ( l'aile ). Je pense que les images parlent d'ailes-mêmes ! Dans ce sport, c'est l'atterrissage qui est un peu délicat, mais quand on attrape une "pompe"... ouh la la ! Une pompe, ce n'est pas un coup de fatigue : c'est un courant d'air chaud ascendant. Bien ! Seulement voilà...

L'aile-Delta, le parapente deviennent des sports trop contraignants pour moi : marches d'approches, fantaisies zéphyriennes, obligation d'être accompagné pour vous récupérer après un atterrissage incertain. Moi qui n'apprécie guère ce genre de dépendance, il me fallait trouver une autre source d'adrénaline. Je suis donc revenu à une ancienne forme d'esclavage : l'équitation. Avant de vivre à Marseille, j'avais acquis ce que je pensais être un bon niveau. Lorsque j'ai rencontré Christian Forlini, j'ai bien vite déchanté. Il m'a dit d'oublier tout ce que j'avais appris auparavant et m'a expliqué comment "monter à cheval", la locomotion, les contractures, toute la "gymnastique" qu'il a réinventée, et j'en passe. Mais j'ai aussi rencontré Tarzan (le cheval ici présent) et surtout Marie Christine Pavillon, femme exceptionnelle à bien des égards (dont ex-championne de France de dressage), je veux juste dire par là que par le biais de cette discipline, elle a renforcé et conforté chez moi une véritable "philosophie" : le respect, la dignité, mais surtout du charisme dans tout ce que l'on entreprend... et j'en avais grand besoin ! Je souhaite à chacun de rencontrer des "Maîtres" qui orientent votre vie en vous aidant à exploiter des potentiels qui sommeillent en vous à votre insu.

Mais il est temps de conclure ce chapitre avec plusieurs chevaux attelés au même chariot : la moto, un vrai sport, mélange d'émotions fortes et de plénitude. Il n'y a, paraît-il, qu'un seul point commun entre l'équitation et la moto : vous avez un gros machin entre les jambes ! C'est ce que disent certains psychologues ! Cela n'est donc pas parole d'évangile !... C'est ici que l'on quitte la page " Sports".