Le Cdt Jean Martin

J'ai donc l'immense plaisir, et l'honneur, de retrouver le Cdt Jean Martin exactement 40 ans après notre première rencontre sur le cargo qu'il commandait à l'époque (1966) le Belval, au départ de Marseille. Un voyage d'une semaine qui est gravé à tout jamais dans ma mémoire. Vous pouvez avoir un petit compte rendu de ce périple dans le chapitre "Itinéraires" à la page "Algérie" dans ce site. Il y a peu de temps et grâce à la solidarité d'anciens marins de l'UIM, je prends contact avec Jean Martin et suis reçu au téléphone comme je l'avais été 40 ans plus tôt : avec une gentillesse, une attention et une humanité infinies. Très vite, nous nous rencontrons chez lui... et c'est le début et la raison d'être de ces nouveaux chapitres, où petit à petit, ses aventures vont venir remplacer les miennes : c'était, dès le départ, la vocation de ce petit site "Instants Donnés" qui de fait, risque fort de devenir beaucoup plus intéressant ! Jean est Breton, son épouse Normande, et nous nous retrouvons bien vite autour d'une table pour déguster de délicieuses galettes au sarrasin... et du cidre.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Jean Martin à la passerelle du Belval

Juillet 1966. Je crois me souvenir avoir fait cette photo à notre arrivée à Oran. La navigation a duré une petite semaine au départ de Marseille avec une escale à Alicante puis une autre à Alger. Il est vrai que j'étais le plus souvent à la passerelle, mais j'ai eu tout le loisir de visiter ce navire de fond en comble. Il me semble bien que Jean ne m'ait interdit qu'une seule chose : grimper en haut d'un mat du bateau, une sorte de maladie chez moi. Lors de la traversée, d'autres navires ont été croisés, bien entendu. Jean lisait le nom du bateau avec sa paire de jumelle, alors que je n'y suis jamais parvenu !...

Son calme, sa simplicité et une grande sagesse l'on rendu admirable à mes yeux de grand adolescent à peine arrivé à l'âge mûr.

On n'oublie pas de tels hommes.

C'est la raison de ces pages qui lui sont consacrées.

 
Dans celle-ci, évidemment, c'est moi, passager d'un trop court instant de bonheur qui "fait les présentations". Jean est bien trop modeste pour parler de lui. Il se contente de me raconter de belles histoires de mer. C'est d'ailleurs tout l'intérêt de ces textes dans lesquelles il n'est question, ni pour lui, ni pour moi, de "se" raconter. Pour illustrer ces propos, c'est de Livrets Professionnels Maritimes dont il s'agit maintenant !...
Le premier Livret Maritime

Livrets Maritimes

Alpha et Omega : le premier et le dernier... Livrets Professionnels Maritimes. Ce n'est pas tellement dans le but de montrer l'évolution esthétique de ces livrets que ces deux photos sont ici présentées, mais seulement pour raconter pourquoi le premier est dans un tel état de vieillissement prématuré ! Lors d'un voyage où les bagages personnels de Jean ont été particulièrement malmenés suite à des périgrinations aériennes et maritimes, le premier a subi un arrosage intempestif d'eau de Cologne, en bonne et due forme. S'il a eu l'avantage d'une odeur agréable dans un premier temps il a malheureusement subi tout aussi rapidemment quelques avaries, tant à babord qu'à tribord, que de la poupe à la proue, sans aucune pitié !... Hélas, les objets ne conservent aucune mémoire olfactive.

Livret Maritime récent
 

J'ai retrouvé le commandant Jean Martin, chez lui, ce dimanche 24.09.2006. C'est à peine croyable et pourtant si authentique. Il est d'accord pour raconter ses récits de mer, et quels récits !... Pour commencer, bien sûr, nous avons parlé du Belval. Il a conservé la cloche de quart de ce cargo. A sa connaissance, c'est tout ce qu'il reste du Belval. Nous avons décidé d'ouvrir dans ce site une page spéciale : "La page du commandant".

Lors de ma visite, il avait préparé des cartes, des photos, un vieux sextant et pleins d'anciennes revues dont quelques mensuels de la compagnie UIM. Il m'a offert ceux de janvier 1976 et de janvier 1978.

Il m'est difficile de vous retransmettre un tel moment d'émotion et je ne suis pas loin de penser qu'il était partagé.

Il nous a paru évident que Mr Michel Pelé - webmaster de UIM Navigation - devra être informé au fur et à mesure de la mise en ligne de ces récits. A lui ensuite de choisir ceux susceptibles de figurer sur le site de la Compagnie.

En attendant l'ouverture d'autres pages réservées à Jean Martin, voici une photo de nos "retrouvailles": il est en train de me montrer sur une carte maritime le Port de la Joliette et le point de départ de ce fameux voyage. C'était au Poste 66 ( comme l'année !...) traverse de la Pinède. Souvenirs, souvenirs...

Sortie Joliette en 1966